Communiqué de presse des Sapeurs Pompiers de la Dordogne

Le communiqué de presse des sapeurs-pompiers professionnels de la Dordogne.

Sapeurs pompiers - JPEG - 53.5 ko
Sapeurs pompiers

Communiqué lu en séance du Conseil d’Administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours (CASDIS) le 29/11/2019

Mesdames, Messieurs

C’est avec beaucoup de colère et d’amertume que nous nous exprimons aujourd’hui par notre présence dans cette salle que par ce communiqué.

En effet, en grève nationale depuis le 26 juin 2019 (soit plus de 5 mois) votre mutisme durant tous cet été, a été assimilé par nous et par la population comme du mépris !! C’est aujourd’hui la principale raison de notre présence parmi vous ce soir.

Nous avons rencontré le président du conseil départemental lors d’une entrevue le 26 septembre 2019.

Nous lui avons expliqué quels étaient les enjeux de nos revendications, rappelé que les sapeurs-pompiers professionnels étaient des fonctionnaires territoriaux et quels étaient lesressources financières du SDIS : les communes, le conseil départemental mais aussi l’ETAT.

Ainsi, sur la part départementale (17 000 000 € environ), l’état finance activement le SDIS, via la TSCA art 53 et que cette participation a été revalorisée depuis 7 ans de 20% alors que la contribution du CD24, elle, a stagné sur cette même période.

  • où est passée cette augmentation chiffrée à 2M€ ? Nous avons envoyé, en sus, un courrier à tous les maires de Dordogne faisant état d’un système de secours en grand danger. Ces arguments bien que solides, démontrables et démontrés ont été présentés à l’ensemble des élus qui ont souhaité nous rencontrer.

Enfin dernier point et non des moindres, nous avons reçu un soutien incroyable de la part de la population périgordine et bon nombre d’entre eux nous ont demandé :

  • « Mais que font nos élus ? » ou bien « que fait mon maire pour pallier à votre mécontentement et à la distribution des secours »

N’ayant pour l’instant que peu ou pas de réponse à leur rapporter, « Consternant » est l’expression la plus utilisée par vos administrés. Après plus de 5 mois de grève, d’interrogation et du peu d’action de la part de notre administration, nous demandons :

  • Des embauches significatives (63) afin de sauver la réponse opérationnelle qui aujourd’hui est au plus mal. Elle touche l’ensemble du territoire en affaiblissant et pressurant, depuis des années la ressource en volontariat.
  • Ne demandons de respecter la directive européenne sur le temps de travail qui interdit depuis 2003 les gardes de 24 heures avec équivalence, nous demandons donc le 1h pour 1h.

Pour information nous ne sommes décomptés que 16 heures pour une garde en caserne de 24h. Seul métier en France, sans valorisation Nuit/Jours ferié

  • Nous souhaitons donc le passage en 12 heures (décompté 12h) de manière progressive car nous sommes conscients de la difficulté financière d’une telle opération (environ 2 millions d’euros) comme l’on fait beaucoup de SDIS.
  • Enfin, le versement d’une indemnité d’administration et de technicité pour la reconnaissance du travail effectué par les sapeurs-pompiers professionnels de catégorie C en dehors de leurs périmètres d’action (taches technico-administratives). Et ce, dans un souci d’équité avec les autres agents du SDIS.

Ce sont eux qui font tourner les RH des centres et la formation, ce sont eux qui font la logistique des petits centres 24H/24h tous les jours.

En l’absence d’une réponse rapide et significative à cette dernière demande :

  • Le travail purement technico-administratif ne sera plus effectué : chiffré à 15 ETP (Equivalents Temps Pleins)
  • L’encadrement et la formation de l’ensemble des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires de la Dordogne ne seront plus effectués par le personnel des centres de secours hors garde : Chiffré à 7 ETP
    Pour rappel : nous formons environ 70 à 80 % des sapeurs-pompiers volontaires
  • Les spécialités comme la plongée, le sauvetage en milieu périlleux, le sauvetage déblaiement et le risque chimique ne seront plus effectuées que dans les limites imposées par le SDACR, puisque nous sommes sapeurs-pompiers professionnels et non spécialistes. Chiffré à 5 ETP

Aussi, nous demandons à ce que des décisions fortes soient prises, cela fait 15 ans que nous nous dégradons, nous ne sommes plus au pied du mur, mais dedans.

Vous devez prendre VOS RESPONSABILITES tant médiatique que dans la réponse que vous devrez faire à vos administrés.

Car « les actionnaires » : c’est vous !!!!

Ce communiqué, à l’issue de cette réunion, sera rendu public à l’ensemble des médias .

Les représentants des personnels sapeurs-pompiers du syndicat autonome de la Dordogne se tiennent à votre disposition pour des propositions de votre part, mais je rappelle que la situation est trop grave pour fermer les yeux et que vos décisions passées et présentes doivent être rendues publiques.

Merci

Informations à prendre en compte :

  • effectifs sapeurs-pompiers professionnels :
    • 235 en 2014
    • 223 en 2019
  • 14% d’augmentation du secours à personne 5% d’augmentation des interventions depuis 7 ans
  • 15 centres de secours ne peuvent pas faire partir un véhicule de secours à personne entre 7h et 9h et entre 17h et 21h.
  • 30 centres de secours ne peuvent pas faire partir un véhicule Incendie entre 7h et 9h et entre 17h et 21h.
  • Délais d’intervention (réception de l’appel et arrivée sur les lieux) augmenté de 3 minutes de moyenne sur 4 ans (passé de 24 à 27 minutes) soit presque 1 minute par an.
    • → Les centres de secours de Périgueux, Bergerac et Sarlat viennent fortement minorer ce chiffre.
  • De plus en plus de délais d’interventions à plus de 30 minutes.

Lire la presse à ce sujet :

L’article de Sud Ouest : Les pompiers de Dordogne réclament « moins de mépris et davantage d’écoute »
Publié le 29/11/2019 à 20h22. Mis à jour à 20h47 par Thomas Mankowski.

Une action spectaculaire avait lieu ce vendredi en fin de journée. Ils réclament des effectifs et de la reconnaissance.

Une huitaine de braseros, des sirènes hurlantes, même des tirs d’artifices… Les pompiers voulaient que leur colère se voie et se sache. Force est de constater qu’ils ne sont pas passés à côté de leur objectif. L’action a eu lieu ce vendredi 29 novembre en fin de journée, à quelques mètres de l’état-major du Service départemental d’incendie et de secours de la Dordogne (Sdis 24) à Atur (commune nouvelle de Boulazac-Isle-Manoire) où se tenait au même moment le conseil d’administration. Le message se destinait à ses membres.

Sapeurs pompiers - JPEG - 73.6 ko
Sapeurs pompiers

« On aimerait un peu moins de mépris et davantage d’écoute. En cinq mois, il n’y a quasiment eu aucune avancée », s’agace Emmanuel Buisson (Syndicat autonome). Face à la hausse constante du nombre d’interventions et dans la perspective de voir transposée en droit français une directive européenne imposant le paiement de chaque heure de garde (en l’état, les pompiers périgourdins font des gardes de 24 heures payées 16), ils jugent nécessaire de procéder à 63 recrutements. À ce stade des négociations, la direction propose 18 embauches. Insuffisant, disent les manifestants. « Dans les petits centres, ils sont pris à la gorge. Et dans les centres principaux, on ne parvient plus à assurer convenablement les opérations, les formations et les services », signale un pompier de Périgueux.

« Parmi les plus mal payés »

Seconde revendication : le versement de l’indemnité administrative de technicité. La direction serait prête à verser cette prime contre moins de recrutements. Une proposition rejetée par les organisations syndicales. « On est parmi les départements les plus mal payés de France. Il y a 500 euros nets d’écart avec un pompier de Gironde même grade, même fonction, même ancienneté. Ça commence à bien faire », relève un professionnel.

Pour un de ses collègues, le Conseil départemental, principal financeur, doit revoir ses priorités : « Il nous est insupportable d’entendre qu’il n’y a pas d’argent quand on balance des millions dans un pont. »

Voir en ligne : Lien vers le site internet officiel du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Dordogne

Sapeurs pompiers